PLUI ET MAUVAIS TEMPS SUR GRAND-LAC

NE RIEZ PAS, C'EST AVEC VOTRE ARGENT


Il est parfois des images qui valent mieux qu'un long discours.
Voici donc, ci-dessous reproduit, un extrait d'un document officiel de la CALB (Grand Lac) résumant ce que nos joyeux dépensiers intercommunaux ont versé à des prestataires de services étrangers à l'agglomération (et au département) afin de préparer... le Plan local (sic) d'Urbanisme intercommunal, le PLUI:




C'est édifiant. Au départ, comme on peut le lire, l'opération Plui sur Grand-Lac avait été chiffrée à 600.000 euros. Quelque temps avant l'arrivée l'aventure avait déjà coûté plus de 900.000 euros. Soit un léger (rires) dépassement de plus de 50 %. Et ce n'était pas fini.
Bravo les élus de Grand Lac!

Note aux benêts:
Ces 900.000 euros ont été versés à deux prestataires "étrangers", à savoir pour la plus grosse part à une société nantaise (Loire Atlantique) et le reste à un cabinet lyonnais (Rhône) lui-même abonné aux largesses des élus locaux du grand Aix.
Il faut savoir que 900.000 euros, cela représente le salaire et les charges de cinq cadres territoriaux de bon niveau à plein temps pendant trois ans.
Est-ce à dire que le fait de confier la préparation du PLUI à des prestataires de services extérieurs aurait permis d'économiser l'embauche de cinq cadres pendant trois ans?
On aurait aimé le croire.
Mais le problème c'est que dans le même temps la CALB a embauché sans compter. Ainsi, en quelques années, les dépenses de personnels y sont passées de 5 millions d'euros annuels à... 11 millions d'euros. Soit une augmentation de 120%! Un record absolu.
Est-ce que les frais de personnels des communes ont baissé d'autant? Que nenni. Rien qu'à la mairie d'Aix qui a refilé la plupart de ses compétences à la CALB, les dits frais ont augmenté de 35% pendant la même période.

On résume: avec la CALB Grand Lac les frais de personnels ont augmenté de 120%, ceux de la mairie aixoise de 35%, et malgré cela on confie au privé des tâches susceptibles d'être accomplies par du personnel territorial.

Ne rions pas. C'est avec notre argent.




Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter