Eh, Monsieur Beretti, tu sais ce qu'elle te dit Madame Malpropre..?



Non, mais, Monsieur Beretti, à quoi ça rime ce panneau apposé à nos frais par la CALB Grand-Lac:


Madame Malpropre? C'est qui? C'est nous, les femmes qui habitons le quartier?
Et qui tu es toi pour nous insulter comme cela?

Bien sûr qu'il y a souvent des déchets qui sont déposés à côté des conteneurs et que ça fait "dégueulasse". Mais pourquoi s'en prendre sans distinction à "Madame" Malpropre?
Et d'abord qui a eu l'idée d'installer ces conteneurs disgracieux et malodorants si près des habitations? Et puis que faire avec nos poubelles quand arrivées sur place on découvre que tous les conteneurs sont pleins? Remonter avec et les stocker dans notre frigo?
Et pourquoi il n'y a pas un véhicule qui tourne tous les jours pour ramasser les déchets abandonnés sur le sol?

Madame Malpropre! Quelle honte!
Dans notre lotissement, nous les femmes, on a trouvé cela insultant. Surtout celles qui prennent toutes les précautions pour ne jamais laisser quoi que ce soit traîner.
C'est quoi cette familiarité? Pourquoi généraliser?
Il ne nous viendrait pas à l'idée, à nous, les femmes du quartier, de traiter ainsi, sans discernement, les politicards qui nous gouvernent.
Au vu de certains qui cumulent les fonctions, à la fois maire, président d'une agglomération, conseiller départemental, avec plus de 8 000 euros d'indemnités par mois, ou de ceux qui trichent, est-ce qu'on va s'adresser aux élus en général en les appelant Monsieur Profiteur ou Monsieur Magouilleur?
Eh, bien non! Nous, on ne fait pas ça. Car à défaut de respect, nous, les femmes propres, on a encore de la politesse.

Même si on n'en pense pas moins.




Au fait: combien ça nous a encore coûté cette amère plaisanterie? Et qui encaisse?




Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter