Bygmalion. Avec les seconds couteaux, jusqu’à la nausée !

« J’en suis outrée, j’affirme que Dominique Dord était au courant »

Fabienne Liadzé le répète comme un mantra : « Dans un parti politique, c’est le politique qui décide ». En ligne de mire, elle en cible trois : en tête d’affiche, Jérôme Lavrilleux, bras droit du « patron », Jean-François Copé. Et aussi Dominique Dord, alors trésorier, qui n’aurait pas assumé selon elle d’avoir été informé de chaque facture, y compris celles via la « machine à signer ». « J’en suis outrée, j’affirme que Dominique Dord était au courant de tout, contrairement à ce qu’il a prétendu », s’énerve-t-elle. (Extrait du journal Marianne daté du 1er juin 2021)

Bygmalion ? Un gala organisé au profit des organisateurs de galas !
(Nota. Toutes les citations de cet article ont été relevées dans la presse locale et nationale.)
‘’Procès Bygmalion : De Sarkozy à la fille de l’accueil, tout le monde était au courant à l’UMP !’’ (Marianne, le 27/05/2021. Ouverture du procès.)
Le directeur général de l’UMP : avec 13 000€ mensuel disait ‘’n’exercer aucune fonction opérationnelle. Il servait de passe-plats.’’. L’UMP ? Des caricatures d’hommes politiques.
La Présidente du tribunal : (Quelques remarques parmi d’autres.) ‘’Mais côté dépense c’était open bar, on a le sentiment qu’il n’y avait aucun contrôle.’’. ’’Mais qui ? C’était le rôle de qui, de vérifier les factures ?’ . ‘’L’UMP, sans que personne à ce jour n’en assume la responsabilité, a bel et bien réglé les fausses factures par millions.’’ Des irresponsables au pouvoir que l’on paie depuis plus de 40 ans !

Les déclarations du trésorier sont parfois bizarres.
D. Dord est nommé en août 2010 trésorier de l’UMP. Xavier Bertrand, (candidat à la présidence en 2022 (!!!), à propos de D. Dord :  ‘’Quelqu’un de particulièrement rigoureux et sérieux !’’.
Pour mémoire . Lors d’une information judiciaire, une personne peut être placée par le juge d’instruction, sous le statut de témoin assisté. (Ce qui est le cas de notre ex député-maire-président) Dans ce cas, il doit exister dans le dossier d’enquête du juge, des indices, c’est-à-dire des preuves, pouvant faire croire à sa culpabilité lors de l’infraction. Il existe donc bien des indices, des preuves, pouvant faire croire…
Dord. Dans un premier temps, dans la presse, avoue avoir signé. ‘’J’ai signé des chèques que je trouvais très élevés. Je rappelle simplement que le trésorier à l’UMP n’est ni celui qui décide, ni celui qui valide une dépense. Le trésorier n’arrive qu’en bout de chaîne pour régler les factures des prestations certifiées réalisées. Un trésorier n’est pas l’ordonnateur d’un acte. Il paie une prestation qui a été décidée bien en amont et n’est pas en mesure de vérifier si toutes ont eu lieu. J’ai signé des chèques et des prestations dont on sait maintenant qu’elles ont été surfacturées. Peut-être que je suis un grand naïf, mais si je ne fais pas confiance aux types qui signent avant moi, il faut que je change de job !! Je ne me sens pas responsable, au sens où ma confiance a été abusée .’’ En résumé, j’ai bien signé, mais je ne savais pas… C’est pas d’ma faute ou l’art de la défausse.
Rappel, il a succédé à Eric Woerth, alors trésorier de l’UMP et celui-ci lui a donné comme conseil : ‘’Par principe, les politiques ont toujours beaucoup d’idées pour dépenser l’argent. Le trésorier doit donc avoir un poids politique pour les réfréner.’’  Il avait donc bien été averti de ce qu’était son rôle !
Selon les statuts du parti, c’est le trésorier qui est ‘’responsable de la gestion des fonds.’’
 
Dord ‘’particulièrement rigoureux et sérieux’’ n’aurait pas vu qu’en un an il passait de 4 à 23 millions de dépenses pour les congrès, manifestations, universités !
Dord, dans un deuxième temps. Entendu par la brigade financière, il change sa version.
En scène : la directrice financière de l’UMP. F. Liadzé.
D. Dord dit avoir été abusé. Sans doute à l’insu de son plein gré ! ‘’Ma signature a été imitée ou scannée .’’
Code de procédure civile : ‘’La signature électronique n’est valablement apposée que par l’usage d’un procédé qui permette l’identification du signataire, garantisse le lien de la signature avec l’acte auquel elle s’attache et assure l’intégrité de l’acte.’’ Compte tenu des sommes en jeu pour un parti politique, on a du mal à croire que l’identification du signataire n’ait pas été garantie. ‘’Cela n’en fait pas beaucoup que j’ai signées dans tout cela. C’est dingue !’’ Il se contredit avec la première version où il reconnaissait avoir signé des chèques qu’il trouvait très élevés.
D. Dord a bien concédé avoir signé des engagements de dépense : ‘’Le rôle du trésorier est de signer.’’.
‘’Quand il n’était pas à Paris, sa signature électronique pouvait servir, mais à ses yeux, cela ne pouvait-être qu’à titre exceptionnel.’’
La directrice des ressources de l’UMP, mise en examen, F. Liadzé a raconté au juge : ‘’Il a pu arriver de manière exceptionnelle que M. Dord lui donne l’autorisation d’utiliser sa griffe pour signer. Cette griffe était toujours sur mon bureau et je la donnais à mes collaborateurs, mais jamais sans l’accord du signataire ! Et je pense qu’il le sait.’’.
‘’D. Dord s’est dit troublé par la fréquence à laquelle sa signature électronique semble avoir été utilisée à cette période pour des engagements de dépense durant la campagne.’’
 
Pour S. Boirivent, les factures frauduleuses et la demande de l’UMP ‘’qui est venue gâcher la fête’’ .‘’C’est une demande faite par l’UMP, acceptée par Bygmalion.’’
Dans ce courriel, il semble bien que F. Liadzé demandait à D. Dord l’autorisation d’utiliser sa griffe. 
‘’Tu connais les engagements pris.’’ Lesquels, ceux de payer les factures ?
‘’J’utilise ta griffe si tu le souhaites, tu n’es pas contraint.’’. Pas contraint, alors en plein accord ?
‘’C’est ok ? Bises.’’ Elle demande donc bien l’autorisation…
‘’Ok pour griffe sur virement de 50k€. … Quoi qu’on puisse en penser ! Biz. Dominique.’’ Etrange ‘’quoi qu’on puisse en penser…’’.

D. Dord, l’homme qui a dit ‘’barre toi’’ à Copé.
D. Dord, membre du bureau politique de l’UMP en 2014 reconnait avoir dit ‘’Barre-toi’’ à Copé lors d’une réunion.
D. Dord (Essor du 23 octobre 2014.) ’A aucun moment je n’ai pensé qu’il y avait malhonnêteté. Certes, j’ai souvent trouvé que c’était cher, que les sommes étaient dispendieuses, mais ‘’jamais’’ je ne me suis dit qu’il pouvait y avoir malversation.’’. Sans blague, jamais ?
D. Dord : ‘’On peut imaginer que tout cela ait été facturé allègrement. J’avais alerté Nicolas Sarkozy : tu es sûr que tu ne laisses pas les copains de Jean-François se gaver ? Il m’avait répondu : non ! Les surfacturations ? C’est improuvable ! Combien vaut un meeting que l’on organise dans des conditions d’urgence absolue ? Combien vaut le savoir-faire ? Certaines prestations sont difficiles à évaluer.’’ Puisqu’il dit ‘’jamais’’ !
 
         Le Parisien. Le 28 mai 2014.
Les auditions se poursuivent.
‘’Qui étaient les personnes à avoir commandé ces prestations et passé ces contrats ?’’. ‘’Pas le président de l’UMP, (Copé), mais le directeur de cabinet du président, le directeur général du parti, le directeur financier et le directeur du service concerné. ‘’, a expliqué l’ex trésorier. Comment appelle-t-on ça ? Mon Dieu, gardez moi de mes amis !
Sans aucune honte, à la question du daubé ‘’Lors de votre démission du poste de trésorier, vous sentiez déjà le malaise, non ?’’ Une réponse extraordinaire de la part d’un homme politique : ‘’J’ai démissionné pour des raisons morales.’’.
18,5 millions de notre argent volé à l’UMP alors qu’il en était le trésorier ! D. Dord savait ou s’est laissé berner comme le dernier des petits comptables. Complicité ou irresponsabilité… 
Question : Par quel heureux hasard le trésorier n’est-il pas parmi les 14 personnes mises en examen? Etait-ce le ‘’maillon faible’’ pour l’instruction ? Interviewé sur la chaîne LCP, avant sa démission : ‘’J’aurais pas mal de choses à raconter.’’

BF

 



 

Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter