Et si le (faux) piratage informatique de la mairie d'Aix avait un rapport avec l'affaire Bygmalion?

De bien étranges échanges de mails commenceraient à circuler dans la ville. Simple rumeur?


Qui se souvient de cette prétendue affaire de piratage informatique au sein de la mairie d'Aix-les-Bains qui, au début de l'année 2015, avait fait toute la une du grand quotidien local de (dés ?) information, toujours prêt à voler au secours de ceux qui gouvernent...?

Rappelons alors que cette fumeuse histoire avait d'abord vu la mise en cause d'une demi douzaine de présumés suspects. A l'issue d'une enquête menée tambour battant par le parquet de Chambéry avec le concours de la police judiciaire, seuls deux prévenus avaient été renvoyés devant le tribunal.

Lors du premier procès, personne n'avait été en mesure de démontrer efficacement la réalité de ce prétendu "piratage" et les premiers juges avaient décidé de relaxer les deux employés mis en cause.

Mais, tout aussi curieusement, quelques mois plus tard, sur le seul appel du procureur de Chambéry, la Cour d'Appel prononçait une condamnation à l'encontre des deux ex-employés. Une condamnation... à rien! Pas de peine de prison, pas d'amende, pas de dommage à payer. Rien ! Juste une condamnation de principe mais qui sauvait l'honneur (en avaient-ils encore) de ceux qui avaient monté cette affaire en épingle. Mais qui mettait un terme à la carrière publique des deux ex-fonctionnaires!


Cette histoire serait sans doute tombée dans les oubliettes, comme bien d'autres magouilles locales*, mais voilà que...

Voilà que depuis quelques jours, dans les milieux proches de la mairie, on glose beaucoup sur l'apparition de copies de mails datant de la période du fameux "piratage". Des échanges de mails dans lesquels le nom de l'ancien trésorier de l'UMP et celui de la directrice financière du parti apparaîtraient. De là à prétendre que ces mails remettraient en cause les affirmations de l'ancien trésorier quant à son rôle dans l'affaire Bygmalion certains ont très vite franchi la limite.

Faute d'avoir eu la preuve que de tels mails existent bien, on se contentera ici de poser une question: la publicité faire autour du prétendu piratage informatique en janvier 2015 avait-elle un rapport avec ces mails qui auraient pu tomber entre des mains mal intentionnées?
En tout cas on se rappelle que lors de l'enquête très hâtivement menée, et exclusivement à charge, l'un des prévenus, qui n'était pas informaticien le moins du monde, a toujours affirmé que les services informatiques de la mairie étaient une vraie passoire et que no
mbreux étaient les cadres ou employés de différents services à avoir accès à des serveurs qui auraient dû en principe être protégés de ces intrusions. Est-ce à cette occasion que des mails présumés compromettants auraient été consultés ou copiés? D'où le tapage provoqué autour d'un prétendu piratage, ceci dans le but de faire peur à ceux qui auraient copié ou auraient eu connaissance de mails dérangeants. La menace aurait eu son effet puisque rien n'était sorti jusqu'à présent. Mais qui aurait intérêt aujourd'hui à relancer l'affaire?

Si ces mails existent, la question se pose avec une certaine acuité.

* Tiens, à propos de magouilles locales, il va falloir que l'on reparle bientôt des Anciens Thermes.

Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter