Que la lumière soit !

L'humour reste un vaccin contre la morosité


Le premier ministre est en vacances depuis deux semaines dans sa résidence secondaire. Il s'ennuie. Ce soir-là il a envie d’aller rendre une visite discrète à une amie qui réside à quelques kilomètres. Il décide de court-circuiter ses services de protection et il appelle son chauffeur habituel dont il connaît la discrétion. Il lui demande de l’emmener en douce, sans alerter les policiers en faction devant la villa. Le premier ministre se dissimule à l’arrière de la voiture ministérielle sous une couverture et les voilà partis.

En chemin vers l’amie, la voiture tombe soudain en panne d’éclairage. Plus une lumière ne fonctionne, les phares, les clignotants, les feux de détresse et même le plafonnier, tout reste éteint. Il reste moins d’un kilomètre à parcourir alors le premier ministre encourage son chauffeur à poursuivre la route. Arrivée à l’entrée du village, la voiture est arrêtée par une patrouille de gendarmerie. Un dialogue s’engage entre un gendarme et le chauffeur tandis que le premier ministre reste caché à l’arrière:

- Monsieur vous roulez sans lumière, je vais donc vous verbaliser.
- Eh, oh! Vous n'avez pas regardé la plaque d’immatriculation? Allez-y et vous allez comprendre.
- La plaque n’est pas non plus éclairée et surtout ce n’est pas une lumière…

Le chauffeur tente une autre explication et montre le pare-brise:

- Et vous ne remarquez pas non plus la cocarde tricolore derrière le rétroviseur.

Le gendarme reste intransigeant:

- Et alors, une cocarde ce n’est pas non plus une lumière, je vais donc vous verba
A bout d'argument le chauffeur tente une dernière manoeuvre. Il baisse la vitre de la porte arrière et dit au gendarme:

- Regardez qui est assis à l’arrière. C’est le premier ministre!

Et le gendarme, après avoir jeté un regard par la fenêtre, de répliquer:

- Et justement, votre premier ministre, ce n’est pas non plus une lumière.



Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter