La connerie se peint en vert !

La bêtise humaine atteint des profondeurs insondables.


On peut dire que si tous les hommes sont égaux, la plupart des politiciens professionnels écologistes sont plus débiles que la moyenne.
Ils ont tous ces particularités d’être fils ou filles de grand bourgeois, de ‘’gôôôôche’’ comme il se doit., d’avoir fréquenté de grandes écoles, de n’avoir jamais eu de métier et d’avoir toujours vécu sur le dos du prolo.
Ce qui nous fournit encore une fois la preuve que l’instruction donnée dans ces grandes écoles formatées laisse à désirer et que l’instruction n’a strictement rien à voir avec l’intelligence.

Un exemple lyonnais.
Le maire avait déjà fait parler de lui en ne voulant pas recevoir le tour de France car celui-ci était sexiste et en supprimant la viande des menus des cantines.  Sachant que pour beaucoup d’enfants la seule fois où ils pouvaient  manger de la viande, c’était à la cantine.
Une chose est certaine, le tour de France restera, Doucet passera, et le plus vite sera le mieux !
 
La cour d’une école avait été réaménagée et le Turlupin de maire venait expliquer cette cour ‘’dégenrée’’ où on ne devait plus pouvoir faire de différence entre garçons et filles ! Fini les zizis, les zezettes, tout ça n’existe pas! Tous dans le même troupeau qui signe la fin des différences ! Comme pour les politiciens qui sont tous arrivés identiques au plus haut de l’échelle de la connerie humaine. Plus de marelle, plus de foot, plus de traditions, tous pareils ! Les écolos font de l’élevage d’enfants en batterie. 
 
Devant une cour vide de gamins le Turlupin a voulu connaitre les impressions des bambins sur ces nouvelles dispositions. Ce qui était la moindre des choses puisqu’ils allaient en être les utilisateurs.
Moment extraordinaire ! Un gamin a pris le micro pour dire ce qu’il en pensait et le Turlupin s’est refermé sur lui-même dans le silence et n’a pas su quoi répondre !
Le brave gosse, en toute innocence, loin des combines des ignares politicards, lui sort :
‘’De base, moi je voulais des cages de foot et un ballon de foot. Mais comme par hasard, y’a rien ! Y’a que j’sais pas quoi, comment ça s’appelle ça ? (Il désigne des copeaux de bois.) Ouais, des copeaux et après il y a de la terre et après y’a rien.’’.
Silence gêné du maire qui ne sait quoi dire et hilarité des petits copains ! Il aurait pu lui expliquer que demain il pourrait apprendre à faire des bouquets de fleurs et qu’il pourra se mettre son envie de jouer au foot derrière l‘oreille.
Le maire y est quand même allé de son couplet sur la nouvelle école emblématique qu’il allait réaliser. Le ‘’rebelle’’ avait participé, avec d’autres élèves, à des ateliers de concertation pour émettre leurs souhaits, mais il est tombé sur ‘’un briseur de rêves d’enfants’’ adulte dont le rôle était de contredire les gamins pour les ramener à la réalité des idéologues verts. Il aura au moins appris ce qu’étaient des copeaux de bois. 

Le monde de demain vu par les désynapsés.
Ceux-ci pourront tout faire, même s’habiller en fille ou se mettre une plume dans le fion, mais les gamins, moins couillons que beaucoup de politicards, préfèreront toujours jouer au foot !
Beretti, toujours à la pointe de ce qui se fait de pire, jamais en retard d’une ânerie à la mode, a déjà commencé à végétaliser les cours de récréation. Ce qui nous coûte à l’école Liberté 100 000€ !
L’attitude arbitraire, dictatoriale, autoritaire d’imposer à un groupe quelconque et son entourage ses lubies, ça pue et ça porte un nom !

BF


Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter