QUAND GRAND LAC (sic) NOUS MÈNE EN BATEAU

AU SECOURS, NOUS COULONS !



ON EST CHEZ LES FOUS


Voici la réponse qu'un comité d'entreprise, qui souhaitait remplacer un bateau ancien par le même mais tout neuf,  a reçu de Grand-Lac. Lisez bien, on commentera ensuite.

Vous avez transmis récemment au Service des Ports la demande de changement de bateau.

Dans la mesure où vous êtes titulaire d’un contrat de poste d’amarrage en catégorie 2,50 mètres sur l’emplacement CTPA010 au port de Charpignat, vous avez la possibilité de changer de bateau pour une unité dont le bau maximum ne peut excéder 2,30 mètres voire 2,40 mètres en cas de mise en place de pare-battages plats.

Le bateau que vous projetez d’acquérir, un SUN ODYSSEY 24.10, présente un bau de 2,50 mètres, ce qui n’est pas cohérent avec la catégorie de la place de port dont vous êtes titulaire.

Nous ne sommes donc pas en mesure de valider votre demande de changement de bateau, et vous n’avez pas l’autorisation de l’amarrer sur votre emplacement.


Au regret de ne pouvoir donner une suite favorable à votre demande.

Le Service des Ports et Plages reste à votre disposition,

Bien cordialement

Fin de citation

Donc, on résume.
Depuis 36 ans, ce comité d'entreprise est propriétaire d'un voilier d'une largeur de 2,50 mètres. A bord de ce bateau, le Comité  emmène chaque année des centaines de passagers, y compris des personnes en difficulté, en croisière sur le lac du Bourget. Ce bateau est amarré au Port de Charpignat (géré par Grand-Lac!!!) en vertu d'une convention dûment renouvelée annuellement depuis 1986.

Ce voilier commençant à donner des signes de fatigue, le Comité se propose de le remplacer par un bateau tout semblable, même longueur, même largeur. Il transmet donc, pour la forme, cette proposition à la CALB Grand-Lac.
Refus de cette dernière qui prétend que l'amarrage à Charpignat est désormais limité aux bateaux dont la largeur ne mesure pas plus de... 2,40 mètres.
Et Grand Lac en conclut qu'il n'est pas question de remplacer le "vieux" bateau par un nouveau de mêmes dimensions.

Par contre Grand Lac ne voit aucun inconvénient à maintenir indéfiniment le "vieux" bateau de 2,50 mètres au même emplacement.

Voilà très exactement ce qui est écrit dans le courrier ci-dessus.

Au fou! Au fou!

Au fait, savez vous comment s'appelle le responsable de ce non-sens? C'est l'incertain Michel Frugier, adjoint au maire d'Aix et vice-président de Grand-Lac. Le même Frugier qui promet d'installer d'ici quelques années un dispositif fabriquant des vagues pour faire du surf sur le dit grand lac (confer un récent article de l'ineffable daubé).

Quand on ne cesse de vous dire qu'il y a des coups de pied au cul qui se perdent à Aix-les-Bains Grand Lac...



 

Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter