Des caméras jusque dans notre chambre ?

Enfin une solution pour les trafics de drogue.


11 novembre 2021
Emmanuel le Petit en larmes lors de l’inhumation d’Hubert Germain, dernier Compagnon de la Libération.
‘’Commediante ! Tragediante !’’
 
L’hypocrisie est un hommage que le vice rend à la vertu.

Les élections approchent, notre députée se réveille .
Alors qu’elle a été d’une discrétion de violette depuis son élection du 18 juin 2017, la voilà sur cinq colonnes dans la daubé du 11 novembre 2021.
Ne lui enlevons pas son heure de gloire ! Celle où elle nous a débarrassé du grand guignolo dont on ne retiendra de son action que le bétonnage compulsif, les ventes à perte de notre patrimoine, les gesticulations ridicules à l’Assemblée pour faire rigoler et réveiller les copains endormis et l’acquisition d’un patrimoine immobilier extraordinaire pour quelqu’un qui n’a jamais travaillé !

Notre députée veut utiliser la vidéo contre le trafic de stups.
On a noté que dans son discours d’autosatisfaction du 9 novembre 2021, Emmanuel le Petit n’a abordé en aucun moment le problème numéro un des Français : la sécurité !
Que nous dit notre représentante :
.  ‘’Elle a déposé un projet de loi pour étendre les moyens d’action de la police et de la gendarmerie dans la lutte antidrogue.’’. Nous sommes bien contents de l’apprendre ! Ainsi donc la police et la gendarmerie n’auraient pas les moyens de lutter contre les dealers. Que font nos députés et le gouvernement ?
.  ‘’Lutte contre les stupéfiants. Un enjeu majeur de santé comme de sécurité publique.’’. On rappellera à notre députée la position de Macron en septembre 2016. Il évoquait sur France Inter ‘’l’efficacité’’ que la légalisation pourrait avoir sur la consommation de cannabis et les trafics, avant de plaider dans son livre ‘’Révolution’’, pour la dépénalisation !’’. Il écrivait ‘’Il faut écouter les professionnels qui expliquent qu’il est vain de pénaliser la consommation de cannabis.’’.
Si pour lutter contre les trafics de la drogue, il suffit de la légaliser, pourquoi pour lutter contre le terrorisme ne pas le légaliser ?
.  ‘’Elle propose le recours aux images de vidéo protection prises depuis les halls d’immeubles, alors que ça n’est pas autorisé, pour lutter contre le trafic de stupéfiant.’’. Ainsi, les caméras de surveillance peuvent servir à verbaliser les automobilistes qui s’arrêtent 2 minutes en double file pour acheter leur pain, mais pas pour surveiller les trafics de drogue ! Qu’en dit l’expert ès contredanses Beretti ?
.  ‘’Ce serait autorisé dans les parties communes identifiées comme des points de vente !.’’ Notre députée est gravement innocente ! En dehors du fait que les trafiquants auront vite fait de détruire les caméras, les prend-elle pour des demeurés incapables d’aller dealer un peu plus loin ? Sait elle qu’un véritable marché est ouvert en toute impunité sur les réseaux sociaux ? On y donne le prix, l’heure, l’endroit, où l’on peut se procurer de la drogue.
.  ‘’La drogue est un fléau. Les consommateurs et les guetteurs sont de plus en plus jeunes.’’ Sait elle qu’un gamin de 12 ans se fait dans la soirée pas loin des 100 euros pour faire le guet quelques heures le soir ? Comment compte-t-elle lui expliquer qu’il lui faut travailler pour gagner sa vie.
‘’Sa proposition de loi a été enregistrée à la commission des lois, elle n’est pas certaine d’aboutir avant la clôture des travaux de l’actuelle Assemblée.’’. C’est vrai que nos élus sont plutôt mous du bulbe… Le temps, pour eux, ne compte pas. La place est bonne, ils sont bien au chaud!

Le débat d’idées est miné par le niveau d’inculture et d’imbécilité.
C’est plus fort qu’eux ! Pour nos élus, au moindre fait divers, vite une loi ! Le graal ? Se retrouver avec une loi qui porte son nom. Avec notre système d’administration le plus imposant et le plus coûteux du monde nous avons un code pénal et un code de procédure pénale extraordinairement lourds. Pourquoi encore aller inventer des lois alors qu’il suffit d’appliquer celles existantes ! Encore faut-il le vouloir. Le problème est là.
Des caméras dans les halls d’entrée d’immeubles ? Et pourquoi pas dans nos chambres. Les élus sont devenus des voyeurs. Savoir qui va chez qui et qui fréquente qui ne regarde personne, et surtout pas nos élus !
Il y a tout ce qu’il faut dans le code pénal pour lutter contre tous les trafics possibles et imaginables, il suffit de l’appliquer !
Ce n’est qu’un problème politique !  On ne compte plus les déclarations de policiers et gendarmes qui disent recevoir des ordres de ne pas intervenir ! ‘’On a l’instruction de ne pas aller au contact. On a l’ordre de tenir nos distances avec les ‘’perturbateurs.’’, ou encore ‘’le ministère freine des quatre fers ; les collègues veulent y aller mais on les bride.’’ L’Etat a peur, les politiciens ont peur, la hiérarchie a peur !
C’est aussi simple que ça. Toutes les solutions des Beretti ou Degois du monde sont vouées à l’échec. 

Sur d'autres sujets, notre députée nous doit des explications.
Pourquoi la gestion de la pandémie est-elle classée secret défense pour des décennies ?
Pourquoi le taux de participation à tous les votes à l’Assemblée nationale de notre députée n’est-il que de 13% ? (Et si on indexait les indemnités des élus sur leur taux de présence ?)

BF


Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter