LA GUERRE EST DÉCLARÉE A AIX-LES-BAINS

ET C'EST UN DUEL QUASI FRATRICIDE QUI S'ANNONCE


Voilà, on l'avait annoncé depuis des mois en exclusivité ici dans ces colonnes, c'est bien Marina Ferrari qui sera la candidate de l'ex-LREM devenue Renaissance (défense de rire) dans la 1ère circonscription de la Savoie, celle qui inclut Aix les Bains.

Contrairement à ce que la députée sortante, T. Degois, a laissé entendre en faisant ses adieux, c'est bien la Marina qui a oeuvré depuis des mois pour tenter d'assumer sa succession à la députation.

Voilà en tout cas une désignation qui va provoquer une de ces guerres picrocholines comme on les adore dans l'ex-cité thermale*.

Rappelons que Marina Ferrari est la nièce de l'ancien député Gratien Ferrari qui l'avait lancée dans le grand bain avant qu'elle ne le trahisse pour aller rejoindre l'équipe emmenée par Dominique Dord et... Et par Renaud Beretti, l'actuel maire.
Rappelons que pendant deux mandats municipaux Marina a dit amen à toutes les décisions adoptées par le tandem de promoteurs immobiliers qui gérait la ville, ceci avant de partir en dissidente lors des dernières municipales de 2020. Depuis, isolée dans le conseil municipal aixois, Marina Ferrari ne cesse de voler dans les plumes d'un Beretti trop placide en apparence pour être sincère. Un Beretti qui doit aujourd'hui mesurer le danger qui se profile.

En effet, autant la Ferrari ne savait l'inquiéter dans son modeste rôle d'opposante, autant si elle était parée de l'influence attribuée aux parlementaires elle deviendrait une rivale sérieuse pour l'ex shérif de ces dames, lequel peine de plus en plus à satisfaire son entourage vu qu'il ne tient aucune de ses promesses, comme celle par exemple de mettre fin à une expansion immobilière démesurée dans une ville qui devient irrespirable.

Voilà pourquoi les chroniqueurs de l'actualité politique aixoise vont sans doute avoir des beaux jours devant eux.
Subitement, Aix pourrait bien faire un saut d'un quart de siècle en arrière dans la guéguerre politicienne.

Mais cela va-t-il vraiment passionner les électeurs?


*
- Pour mémoire, en 1977 A. Grosjean fait entrer G Ferrari dans son conseil. En 1984, alors que Grosjean est momentanément suspendu Ferrari prend sa place et refuse de la lui rendre en 1989. En 1995 Grosjean règle ses comptes et fait tomber judiciairement Ferrari pour lui reprendre la place.
- En 1993 Ferrari devenu député prend Dord comme suppléant et attaché parlementaire et lui cède sa place en 1997. En 1998 Dord abandonne Ferrari et rejoint Grosjean qui le fait élire conseiller général.
- En 2001, après avoir promis de le soutenir à l'élection municipale, Dord lâche Grosjean et lui pique sa place de maire.
- En 2008, Dord fait de son chargé de mission Beretti son premier adjoint. En 2017, alors qu'il vient d'être battu par T. Degois à l'élection législative Dord est poussé dehors par Beretti qui prend sa place avec Marina Ferrari dans sa suite.
- En 2020 M. Ferrari part en dissidence contre Beretti qui reçoit le soutien de T. Degois, celle qui a battu Dord trois ans plus tôt.

- En 2022, redistribution des cartes...
Et tout cela, n'en doutons pas, c'est uniquement pour le bien des électeurs citoyens...

Ah, dernière vacherie: sur la page Wikipédia, les "amis de Beretti-Dord" ont fait supprimer la photo et la présence de Gratien Ferrari.

Entre coups tordus et mesquineries, elle est belle la politique aixoise

Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter