La peur est complice des mensonges des élites.

La peur est une arme politique qui permet d’asservir les peuples.


Voilà ou nous en sommes : à nous contenter de ce que l’on nous donne, à croire ce que l’on nous dit, à ne vouloir que ce que l’on nous permet, à nous intéresser qu’à ce que l’on veut bien nous dévoiler, à regarder ce que l’on nous montre. Et, corrélativement, à nous refuser ce que l’on nous interdit et à ne jamais fouiller dans ce que l’on nous cache.

Sécheresse.
Pour les folliculaires incultes et complices : non, la sécheresse actuelle n’est pas ’’sans précédent’’ !
Il y a encore, heureusement, des gens curieux. Nous avons reçu de la part de l’un d’eux le document suivant. On l’en remercie.

‘’Ayant lu les deux tomes de l'Histoire du climat depuis l'an mil d'Emmanuel LEROY-LADURIE, je ne peux que vous inciter à en faire autant.
Amicalement’’

" En 1132 en Alsace les sources se tarirent et les ruisseaux s’asséchèrent. Le Rhin pouvait être traversé à pied.
En 1152 la chaleur était si intense que l’on pouvait faire cuire des oeufs dans le sable.
En 1160, à la bataille de Bela (en Hongrie), un grand nombre de soldats moururent en raison de la chaleur excessive.
En 1276 et 1277, en France, la récolte d’avoine et de seigle fut totalement détruite par la chaleur.
En 1303 et 1304 la Seine, la Loire, le Rhin et le Danube pouvaient être traversés à pied.
En 1393 et 1394 un grand nombre d’animaux tombèrent morts et les récoltes anéanties en raison de la chaleur. En 1440 la chaleur fut excessive.
En 1538, 1539, 1540 et 1541 les rivières européennes étaient littéralement asséchées.
En 1556 il y eut une sécheresse généralisée dans toute l’Europe.
En 1615 et 1616 la canicule s’abattit sur la France, l’Italie et les Pays-Bas.
En 1646 il y eut en Europe 56 jours consécutifs de grandes chaleurs.
En 1676 des canicules à nouveau.
Les mêmes événements se reproduisirent au XVIIIe siècle.
En 1718 il n’y eut aucune pluie entre les mois d’avril et octobre.
Les récoltes furent brûlées, les rivières asséchées et les théâtres fermés à Paris par ordre du Préfet de police en raison des températures excessives. Le thermomètre enregistra 36 degrés Réaumur ( 45 degrés C) à Paris.

Dans les jardins de la banlieue arrosés les arbres fruitiers fleurirent deux fois pendant la saison.
En 1723 et 1724 les températures étaient extrêmes.
En 1746 l’été fut particulièrement chaud et sec et les récoltes furent littéralement calcinées.
Pendant plusieurs mois il n’y eut aucune pluie.
En 1748, 1754, 1760, 1767, 1778 et 1788 les chaleurs estivales furent excessives.
En 1811, l’année de la comète, l’été fut très chaud et le vin très bon y compris à Suresnes.
En 1818 les théâtres parisiens restèrent fermés pendant un mois en raison des chaleurs excessives, la chaleur avait atteint 35 degrés C.
En 1830, alors que des combats avaient lieu, le thermomètre afficha des températures de 36 degrés C les 27, 28 et 29 juillet.
En 1832, lors de l’insurrection du 6 juin, le thermomètre releva une température de 35 degrés.
En 1835 la Seine était presque à sec.
En 1850, au mois de juin, au cours de la seconde épidémie de choléra de l’année le thermomètre afficha 34 degrés". Il s'agit bien d'un extrait de journal de 1852 et non pas de je ne sais quel site complotiste.

Je vous informe par l'interview de l'historien Emmanuel Le Roy Ladurie, parue dans Libération lors de la canicule de 2003, (et rediffusé en août 2018) au sujet de celle de 1718 qui aurait fait 700 000 morts !
Libération précise que son livre "Histoire du climat depuis l'an mil" (Flammarion 1967) reste la référence en la matière, ce qui est plutôt un bon point de la part de ce journal qui ne porte pas vraiment les climato-réalistes dans son cœur...
Édité en 1967, à une époque où on ne parlait pas encore de réchauffement climatique, l'éminent auteur de ce livre ne peut pas être accusé de vouloir prendre le contre-pied de la tendance d'aujourd'hui.
Vous pouvez le trouver sur internet pour 9 €. A ce prix-là, il ne faut pas se priver de s'instruire.
Libération, serait donc devenu complice des climato-réalistes, ceux qui osent rappeler l'importance des cycles naturels sans accuser uniquement le CO2, gaz à effet de serre partiellement d'origine anthropique ?

Ceux qui font remarquer qu'à une époque où il n'y avait pas encore le moindre soupçon de début de révolution industrielle (avec son CO2, gaz vital, que l'on nous présente pourtant comme un polluant), il y avait déjà eu de très nombreuses vagues de chaleurs extrêmes ainsi que des sécheresses catastrophiques, entraînant des centaines de milliers de morts...
Je ne comprends plus rien au sujet de la relation CO2/températures qu'on nous assène pourtant comme étant un dogme indiscutable, et vous ?
C'est vrai que nous vivons une très forte et inhabituelle canicule, mais à l'évidence il n'y a rien de nouveau sous le soleil !
PS : amusez-vous à taper "sécheresse 1718" sur Google et vous en saurez beaucoup plus.

A moins que vous ne vouliez rester sur la certitude que la canicule actuelle est un phénomène exceptionnel qui n'a encore jamais eu d'antécédents, car provoqué par l'activité humaine.

Si seulement Greta avait été à l’école.
Ses parents ? Des ‘’antifascistes’’ intermittents du spectacle qui ont bien su profiter du système capitaliste. (On ne compte pas le nombre de milliardaires qui financent les ONG mondialistes.)
A l’école peut-être aurait elle appris, entre autres, qu’il y a 140 000 ans les glaciers recouvraient à Lyon la colline de la Croix Rousse et de Fourvière. Le Gros caillou de la Croix Rousse est un bloc erratique déposé par la moraine de glaciers de Maurienne, de Tarantaise et du glacier du Rhône à plus de 200 km de Lyon. Le recul des glaciers ne date donc pas d’aujourd’hui.
Ce qui change, c’est le fait que le Forum économique mondial se soit emparé de la gamine. Celle-ci est invitée dans tous les organismes mondialistes et par tous les dirigeants plus ou moins psychopathes occidentaux qui sont en train de se partager la planète. A l’Assemblée nationale française, elle été reçue par les députés serviles qui l’ont applaudie debout, eux qui vivent d’habitude plutôt couchés tels des insectes rampants.

Manipulations ?
Cette pauvre gamine, l’écologie politique, nos élites et la presse sont à la science ce que nos élus sont à la probité.
  Les veaux ont apporté leur foin!
L’Education nationale ne fabrique-t-elle pas une masse de consommateurs incultes et semi-illettrés ?
De nombreuses ONG activistes ne sont-elles pas financées par des ‘’philanthropes’’ et riches américains proches du milieu des affaires et pétrolier ?
Le vrai problème n’est-il pas ailleurs ? Les gouvernants de nos pays manipulent des peurs, réelles et fondées, ou fabriquées et attisées, pour obtenir la soumission et le consensus des populations qu’ils dirigent.

BF


Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter