Mais comment s'appelait donc ce turlupin qui sévissait à Aix-les-Bains..?

A l'eau, à l'eau, y'a quelqu'un au bout du tuyau?


Ah, comme notre mémoire est défaillante!

Depuis des semaines la bonne presse quotidienne locale aixoise (autrement appelée le daubé, allons savoir pourquoi) faisant échos aux plaisantins qui dirigent la ville et l'agglo aixoises, alarme les citoyens avec la pénurie d'eau potable qui menace les habitants.


photo le dauphiné (pas encore libéré)

Eh, oui, l'agglomération qui borde le plus grand lac naturel de France pourrait manquer d'eau.

Du coup on s'interroge. Mais comment s'appelait donc ce grand type qui régnait encore il y a peu sur l'agglomération d'Aix-les-Bains et qui, avec ses thuriféraires ébahis, avait décidé de céder, pour une misère, le monopole de l'exploitation de la nappe phréatique de Mémard à une société privée d'embouteillage. On n'avait pas manqué de le prévenir, cet ahuri, qu'un jour on regretterait cette décision absconse qui privait les Aixois d'une eau d'excellente qualité. Il n'en avait rien à ficher le type. Il avait déjà, sans consulter personne, donné son accord aux dirigeants(étrangers à la Savoie) de l'entreprise et les bénis-oui-oui de ses affidés, les yeux fermés les oreilles bouchées, avaient voté pour ce projet farfelu. Mais comment s'appelait-il déjà? J'ai la mémoire qui flanche. Un peu comme celle des Aixois.

Au fait qui se souvient de ce type qui était à la tête de l'agglomération et à qui on avait appris que les réseaux d'eau de la Ville gaspillaient près de la moitié de l'eau potable qui était puisée à grands frais. Oui, c'était celui-là même qui, pour résoudre le problème, avait inventé une taxe sur la distribution d'eau. Une taxe qui perdure encore aujourd'hui alors que les dits réseaux continuent de fuir de plus belle. Mais comment il s'appelait, donc? J'ai la mémoire qui me fait défaut. Un peu comme les Aixois...

De même, quel est donc l'ahuri qui était aux commandes quand il a été décidé de faire s'implanter à Aix-les-Bains une blanchisserie industrielle censée procurer des emplois par dizaines? D'aucuns lui avaient bien expliqué à cet hurluberlu qu'une telle industrie allait consommer autant d'eau potable qu'une ville de 10.000 habitants et qu'un jour on regretterait cette implantation. Mais le mec il n'en avait rien à ficher de l'avenir. Il avait déjà prévu de quitter une ville où il n'avait jamais été que de passage. Mais comment s'appelait-il donc? Et comment s'appelait son premier serviteur, celui-là même qui poussa l'hurluberlu à la porte pour lui piquer sa place? Je ne m'en souviens plus. Je suis comme ces Aixois qui votent et qui oublient aussitôt qu'ils seront responsables de ce qui va arriver du fait de leur choix.

Aujourd'hui, tout le monde semble s'étonner que la capitale de la Riviera des Alpes puisse manquer d'eau.
Mais personne ne se tourne vers les responsables de ce gâchis dont certains ou leurs héritiers sont toujours en place et continuent de sévir en toute impunité.
A l'image des réseaux d'eau de la ville, les Aixois ont la mémoire qui fuit..
.
Hélas, en ce domaine ils sont à l'image d'une majorité des Français.
Plus dure sera la chute.

Opticon

Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter