LE SENTIMENT HUMAIN DE CE PRÉSIDENT N'EST DÉCIDÉMENT GUÈRE ÉPAIS

COMME NE L'A PAS ÉCRIT TOLSTOÏ L'AUTEUR DU ROMAN, (presque) ÉPONYME, GUERRE ET PAIX


C'était un beau dimanche de fin d'été. De rares touristes rendaient à la fois visite et hommage à d'anciens combattants britanniques morts au combat lors de la Grande Guerre, comme on l'appelle.

Bien alignées, toutes égales, des centaines de tombes soigneusement entretenues depuis des décennies, rappelaient aux visiteurs que des jeunes gens devant qui la vie aurait dû s'ouvrir l'avaient perdue, cette vie, dans des combats qui n'étaient pas les leurs.
Loin de la terre qui les avaient vu naître ces jeunes britanniques reposaient six pieds sous la terre de France.

En regardant ces alignements, en se penchant sur les tombes pour découvrir l'âge des victimes de la barbarie et de la sottise humaines, on ne pouvait s'empêcher de penser à ce foutu président actuel qui, après avoir déclaré la guerre à un virus, s'amusait (?) à imaginer que de jeunes Français puissent aller perdre leur vie sur une terre ukrainienne.
Car tel était son bon plaisir..?
Oh, Barbara, quelle connerie la guerre!

Et quel con celui qui veut faire croire que la guerre serait la solution aux problèmes qu'il a lui-même créés.


Opticon

...
Oh Barbara
Quelle connerie la guerre
Qu'es-tu devenue maintenant
Sous cette pluie de fer
De feu d'acier de sang
Et celui qui te serrait dans ses bras
Amoureusement
Est-il mort disparu ou bien encore vivant
Oh Barbara
Il pleut sans cesse sur Brest
Comme il pleuvait avant
Mais ce n'est plus pareil et tout est abimé
C'est une pluie de deuil terrible et désolée
Ce n'est même plus l'orage
De fer d'acier de sang
Tout simplement des nuages
Qui crèvent comme des chiens
Des chiens qui disparaissent
Au fil de l'eau sur Brest
Et vont pourrir au loin
Au loin très loin de Brest
Dont il ne reste rien.

(extrait d'un poème de Jacques Prévert)

Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter