L'HOMME DE CRO-MACRON QUI VEUT NOUS RENVOYER À L'ÂGE DE PIERRE

ALORS QU'ON PRÉFÉRERAIT TOUS ÊTRE RENVOYÉS À L'ÂGE DE CHARLES (de Gaulle)
Pour ceux qui, comme l'auteur de ces lignes, ont grandi en France dans les années soixante, cette période de l'histoire de la France a été marquée par quelques évidences trop vite oubliées qu'il n'est donc pas inutile de rappeler. Ceci avant de revenir à l'actualité...


Ainsi, à la fin des années soixante...
La France, dont la culture et surtout la diplomatie s'étendaient sur l'ensemble du monde, était respectée et suivie.
La France produisait l'énergie électrique la plus "propre" et la moins chère du monde. Une énergie qui, surtout, rendait le pays non seulement autonome mais exportateur.
La France était autonome et exportatrice de la plupart des produits agricoles indispensables à la nourriture des citoyens. Elle était aussi leader ou très proche de l'être dans de nombreux domaines économiques ou industriels.
La France dispensait à ses enfants un enseignement, de la petite école aux universités, qui était universellement reconnu.
La France n'était plus concernée ni surtout impliquée dans le moindre conflit militaire. Elle était sortie du commandement de l'Otan et était l'une des cinq plus grandes puissances militaires au monde avec sa propre force de frappe.
La France "frappait" sa propre monnaie qui rivalisait avec les autres devises étrangères les plus puissantes.
La France était un pays qui prenait seul, et sans en référer à aucune autre puissance (encore moins à s'en inféoder) les décisions politiques, économiques ou sociétales qui la régissaient.
La France était une république où le mot liberté prenait tout son sens.
La France était un état où la volonté exprimée dans les urnes par les électeurs était respectée.
La France était un pays dont le président était honoré et respecté dans la la quasi totalité des autres états du monde.
La France était un pays qui entretenait des relations paisibles avec la quasi totalité des autres nations (y compris la Chine et l'URSS alors présentés comme des diables par d'aucuns) et qui n'hésitait pas à mener sa propre ligne de conduite sans se soucier des diktats étrangers.
La France avait un président qui était reçu quasi royalement par le numéro un soviétique ou qui recevait la visite en grandes pompes du plus célèbre des présidents américains.
La France était présidée par un homme dont la stature, l'expérience et aussi la culture ou encore l'exemplarité, inspiraient la confiance de la population.

La France était un pays dont les citoyens avaient foi en l'avenir.

A l'aube de 2023, la France...
Est un pays que plus personne ne prend au sérieux dans la plupart des capitales mondiales.
La France n'a plus de culture ni d'histoire... ni de langue dixit son président himself (rire).
La France a bradé, à la demande de l'étranger (l'UE), ses moyens de production d'électricité.
La France non seulement n'est plus autonome en matière d'énergie mais se prépare à subir les effets d'une crise énergétique sans aucun précédent (sauf pendant les conflits mondiaux).
La France a cessé d'être un pays producteur industriel après avoir "délocalisé" vers l'Asie la majorité de ses usines de production. De fait, d'excédentaire naguère le solde (import/export) est désormais déficitaire de près de 100 milliards d'euros.
La France est un des pays dont le niveau scolaire (classement pisa) n'a cessé de régresser.
La France est stupidement (et sans consultation du peuple) impliquée dans un conflit armé entre la Russie et l'OTAN via l'Ukraine.
La France s'apprête même à céder sa puissance militaire nucléaire à l'Allemagne via l'U.E.
La France dépend entièrement, pour sa monnaie, des sautes d'humeur des financiers de la Banque européenne et se fait rattraper par une inflation galopante qui ruine les citoyens.
La France, pour sa gestion des affaires, dépend des ukases d'une administration européenne non élue.
La France est un pays dont la liberté de ses citoyens a été rudement mise à l'épreuve, et bien davantage que dans d'autres états, avec des confinements idiots, des privations de travail, des obligations d'injections, des surveillances des moindres faits et gestes via l'informatique, et des contrôles et des manipulations de l'information pires qu'en temps de guerre...
La France est dirigée par un noyau de prétendues élites qui ne se préoccupent plus de l'avis des citoyens et qui imposent leur volonté via des artifices, tels le recours à des cabinets conseil surpayés (McKinsey), ou, pire, à des comités Théodule qui ne rendent de comptes à personne (Conseil scientifique) ou encore à des article 49.3 qui sont le déni de la démocratie.
La France est un pays dont le président est moqué dans la plupart des autres capitales. Un président "petit garçon" qui se laisse épousseter les pellicules sur l'épaule par un président américain.

Un président qui se livre à des embrassades appuyées avec un ancien artiste de cabaret plus connu pour avoir joué du piano avec son zizi* que pour son souci de la modération pas plus que du bien-être et de la vie de ses concitoyens.
La France est un pays dont le président va chercher ses ordres à l'étranger (USA) ou qui délègue ses pouvoirs de négociations économiques au chef d'une nation commercialement et industriellement concurrente (Allemagne).
La France est un pays dont les citoyens n'ont plus foi en l'avenir. Pire, qui craignent cet avenir proche.


On se demande bien pourquoi... (rires amers)

Opticon


* Zizi: mot connoté années soixante

Addendum: Exceptionnellement, et surtout parce que dans l'article ci-dessus l'auteur avait omis de parler de ce problème, voici ce qu'un lecteur (dument identifié) nous a transmis comme précision:

‌Dans la longue, hélas, série des régressions, faiblesses et malaises que vous égrenez pour décrire aujourd'hui la France, notre cher et grand pays, vous avez oublié de mentionner l'effet profondément destructeur d'une immigration massive extra-européenne et souvent musulmane, sans frein parce que programmée, sur la cohésion de la société française et le danger qu'elle lui fait courir pour l'avenir.

La façon très violente avec laquelle des centaines de membres de la " communauté " marocaine ont voulu se venger sur un gitan ( et le reste de sa " communauté " ) supposé être le chauffard ayant tué un jeune marocain de 14 ans à Montpellier lors de heurts après la défaite du Maroc en constitue un exemple des plus récents. D'ailleurs la presse " officielle " se tait ; c'est tout dire !

Ne parlons pas de l'expédition punitives des Tchéchènes contre  des Marocains de Dijon sur un conflit lié, il me semble à la drogue. Il est vrai que tout s'est réglé par un " accord de paix " signé dans le jardin de la mosquée sous la surveillance de l'imam de chacune de ces deux communautés !!! L'État lui était aux fraises.

D'après le président de la Tchétchénie perdu dans son Caucase, ses compatriotes étaient intervenus du fait de la faiblesse de la police française...!

Voyez-vous, cela aussi témoigne de l'effondrement du rang de la France et reste extrêmement préoccupant pour l'avenir immédiat !
M.G.

PS: Ne manquez surtout pas de jeter un oeil sur ma chronique Macronique (en haut à droite de la page d'accueil) ne serait-ce que pour y retrouver une si belle d'histoire d'amour

Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter