Ma chronique MACRONique nique nique

28 janvier 2023

L'histoire se souviendra... Pas d'autres commentaires


25 janvier 2023

Le troupeau de moutons est en train de paître dans la montagne. Ils sont ainsi une bonne centaine à vivre paisiblement dans la nature. Autour d'eux, deux chiens assistent le berger, prétendument pour protéger le troupeau d'éventuels prédateurs. Tout est calme. Béééeee. Je mange à ma faim, je dors, je batifole, je suis protégé, j'ai une vie de mouton de rêve. Bééééeee...

Et puis un jour, au signal du berger, le troupeau se remet en marche. Il faut redescendre, direction l'abattoir. Tous n'en mourront pas mais tous seront atteints comme dit la fable. Malgré une inquiétude qui commence à poindre, le troupeau obéit fidèlement. Parfois, une brebis tente de s'écarter du groupe. Un aboiement, au besoin un bon coup de gueule, et elle rentre dans le droit chemin. Nul autre ne moufte dans le troupeau.
Il suffirait pourtant que tous les moutons décident de faire demi-tour, de remonter vers le vert pâturage, pour que cet exode vers la mort et la souffrance cesse en même temps. Il suffirait que des béliers bien cornus de plus de cent kilos se dressent contre le chien ou le berger pour que ceux-ci comprennent qu'ils ne font pas le poids. Mais rien de tel ne se produit.
Le troupeau suit inexorablement le sort que lui ont réservé ses maîtres du moment. Jusqu'à la tonte de la laine. Jusqu'à l'abattoir pour les plus âgés. Jusqu'à ce que cela recommence plus tard pour les plus jeunes.
Oui, il aurait suffi qu'à un moment de leur histoire tout mouton refuse de se laisser tondre pour que le troupeau soit épargné. Mais le troupeau est ainsi fait qu'il ignore que le rapport de force est en réalité en sa faveur. Que ses tourmenteurs face au nombre n'ont de pouvoir que grâce à la docilité, la crainte et l'asservissement qu'ils ont patiemment instillés au coeur de chacun au fil des années. Ainsi va et s'achève la vie du troupeau de moutons.
Pourquoi, en écrivant cette fable, je pense à ce troupeau de 65 millions de Français à l'esprit anesthésié? A ces 65 millions de Français qui obéissent fidèlement à quelques dizaines, au pire centaines, de maîtres dont le seul pouvoir réside dans la crainte qu'ils ont su instiller dans les coeurs de la masse. A ceux-là qui veulent encore croire que les maîtres qui ont pris les commandes de leur troupeau sont animés par la bienveillance. A ces autres qui, conscients que leurs maîtres les conduisaient vers un destin funeste, ont tenté se d'écarter du troupeau. Et se sont retrouvés bannis. Ou se sont faits éborgner ou émasculer par les chiens, par les nervis sans âme ni conscience d'un pouvoir autoproclamé. Un pouvoir dont la hargne de ses tenants n'a d'égale que leur propre crainte de se retrouver au bord du précipice. De quitter leur Capitole pour se retrouver au bord de la Roche Tarpéienne qui les attend. Une angoisse qui doit devenir chez eux de plus en plus prégnante au fur et à mesure de leurs méfaits grandissants.
Oui, quand je comprends que nos "maîtres" conduisent le pays vers la guerre*, la faillite et la misère, vers la disparition programmée de ce qui faisait sa qualité de vie, je ne peux m'empêcher de nous comparer aux moutons de la fable. Et, tristement, je m'inclus dedans. Attendant, sans grand espoir, qu'un bélier donne le signal de la révolte et soit entendu.

Opticon

* Livrer des chars modernes français à l'Ukraine reviendrait à entrer officiellement en guerre contre la Russie de la part de la France. Et aller vers une troisième guerre mondiale. Les gens qui décideraient cela seraient des fous dangereux. Qui va les arrêter?



12 janvier 2023

Quand une femme de 38 ans jette son dévolu amoureux sur un ado de 14 ans, nonobstant le fait que d’aucuns pourraient y voir une forme de détournement de mineur, cela peut conduire, pourquoi pas, à une vraie histoire d’amour. 

Et si cette femme, au moment de cette rencontre, a déjà trois enfants à la maison âgés de 17, 16 et 8 ans, après tout, pourquoi pas… 



Quand quelques années plus tard, l’ado devenu adulte, on veut dire civilement adulte, accepte de se marier avec la dame, on se dit que l’histoire est belle.
Et quand, encore plus tard, l’ex-ado arrive dans l’actualité, quel plus beau propos peut-il tenir que celui-ci: « avec mon épouse et ses trois enfants nous formons une vraie famille ». Et c’est incontestablement une belle histoire. Mais voilà…


Un jour, encore plus tard, alors qu’il a 45 ans, l’ex-ado s’adresse à un public choisi lors d’une mémorable soirée. Au cours de cette party dont il est l’animateur, alors qu’il est question de famille, le voilà qui assène sans sourire: « on a trois enfants et sept petits-enfants avec mon épouse ». Sourires et rires à peine gênés et contenus dans l’assemblée ébahie. On comprend.



Un type qui vient de fêter ses 45 ans et qui n’hésite pas à prétendre en ce mois de janvier, qu’il serait le père d’enfants (sic) âgés de 47, 46 et 39 ans., ça ne peut que surprendre.


En tout cas, moi, je ne sais pas ce qui se passe dans la tête de ce type, mais personnellement je ne serais pas rassuré si il avait de grandes responsabilités dans un domaine pouvant me concerner. Mais ça ne peut pas être le cas, non… Quand même…



Hein? Quoi? Qu’ois-je? (du verbe ouÏr). Qu’entends-je? Le gars qui a dit cela s’appelle Emmanuel Macron et il est président de la république!? Vous en êtes sûr? Il y a une vidéo? Pas truquée?

Pfffouff! Ça fout les jetons.

Dr Drefu


https://www.bvoltaire.fr/macron-declare-quil-a-trois-enfants-de-son-age-le-mot-famille-a-t-il-encore-un-sens/



4 janvier

Tchao Pantin !

Jusqu'où va aller la connerie de nos élus qui ne savent plus quoi faire pour attirer l'attention?
  Dans le genre, le maire de Pantin vient sans doute de faire grimper le niveau à des sommets rarement atteints.
Au motif, prétend-il, de défendre les pauvres femmes trop souvent meurtries sous la domination du mâle, cet illuminé du bulbe a décidé qu'en 2023 sa commune ne s'appelait plus Pantin mais Pantine.
Eh, oui, en ajoutant un "e" au nom de la ville le zozo prétend défendre le féminisme.
Dans ces conditions on voudrait juste faire une suggestion au pantin de Pantin: qu'il échange sa place avec celle du maire de Macon
.
Et dire que pendant ce temps là il y a des milliers de boulangeries et autres entreprises artisanales qui s'apprêtent à fermer boutique parce que d'autres couillons de nos représentants ont décidé que l'électricité leur serait vendue dix ou vingt fois son prix de revient à EDF, ceci pour faire plaisir à l'Allemagne.




21 décembre:

Un grand moment de rigolade si l'on regarde ces twits jusqu'à la video de Poutine en passant par Biden-Bidon. Et puis, une fois le rire apaisé, c'est un grand moment de tristesse et d'inquiétude à la fois qui nous étreint. C'est ça qui nous dirige!
https://twitter.com/strategieduchoc/status/1604886312921743360?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1604886312921743360%7Ctwgr%5E299696f5339ff8e67e1a36f37b301f3bbad073d4%7Ctwcon%5Es1_&ref_url=https%3A%2F%2Fresistancerepublicaine.com%2F2022%2F12%2F20%2Fqatar-le-monde-entier-se-fout-du-pantin-macron-meme-mbappe-lui-a-mis-un-vent%2F

20 décembre


E. Macron: Ah, que... comme le chantait si bien Johnny, que je t'aime, que je t'aime, que je t'aime...
Que je t'aime, que je t'aime, que je t'aime


Killian: Mais qu'est-ce qu'il me veut ce type?

Quand mon corps sur ton corps, lourd comme un cheval mort, ne sait pas, ne sait plus, si il existe encore...

Killian: Mais il va me lâcher, oui?

Quand ta pudeur dit non d'une toute petite voix....

Killian: mais sortez-moi de là, sortez-moi de là

Que je t'aime, que je t'aime...

Note aux benêts: Ces photos ne sont pas des montages mais traduisent bien la réalité.


13 décembre

Les femmes et les enfants d'abord. Voici un extrait de ce que les lecteurs ont pu découvrir dans leur dauphiné libéré:

C'est à l'image de la ville et du pays. Ça prend l'eau, ça coule mais personne n'est responsable.

8 décembre

A vous qui nous faites le plaisir de partager cette chronique, juste un bref message: nous ne sommes pas seuls.
Voici une petite video réconfortante. Un lien à recopier et à visionner plus tard. Cela demande un petit quart d'heure d'attention.
Ce que nous vivons depuis trop longtemps le justifie bien. Bon visionnage:
https://vk.com/video650040439_456240093?list=a021a8636a0c1da1f5


6 décembre...
Ce comique tente de percer (mais il ne nous fait plus rire) :
Euh, ben, euh, comment dire, oui.., euh... Ben on a cherché et pis finalement on s'est dit que c't'image de Macron et d'sa baguette lors de son voyage officiel aux States elle se passait de commentaire:


Oui, oui, c'est bien le président de l'encore 6ème puissance mondiale (plus pour très longtemps) mais surtout ne le répétez pas


Note aux benêts: en cherchant un peu sur internet on trouve une vidéo de cette pitoyable pitrerie et avec le son.



1er décembre
BIDON ET BIDEN SONT DANS UN BATEAU...

QU'EST-CE QUI COULE?

LA FRANCE ET L'EUROPE, BIEN SÛR.


27 novembre

L’imagination au pouvoir ou histoire vraie, à vous de juger.

Imaginons un homme et son équipe de suppôts inconditionnels qui, grâce à des magouilles politiques et financières (et à l’indispensable crédulité des citoyens) se seraient installés à la tête d’un pays encore florissant et où il faisait bon vivre.


Imaginons que ces gens, une fois en place, auraient commencé par favoriser tous leurs « sponsors financiers » illégaux  en leur accordant des marchés publics, aux frais des contribuables. 

- Qu’une fois leurs réseaux bien en place, ils auraient déclaré que le pays était soudain entré en guerre, prétendant être confrontés à une redoutable épidémie, mais en réalité pas plus grave qu’une bonne grippe ordinaire.

- Que s’appuyant sur une étude complètement bidonnée ils auraient interdit aux médecins de pratiquer leur art et de prescrire des médicaments qui depuis des décennies avaient fait leur preuve.



Imaginons qu’ils auraient abandonné et privé de visite des vieillards dans des EHPAD auxquels on aurait prescrit des médicaments précipitant leur fin. 

- Qu’ils auraient confiné à domicile, et pendant des mois, l’ensemble de la population, jeunes, adultes, anciens, actifs, retraités, écoliers, étudiants… 

- Qu’ils auraient obligé ces « confinés » à remplir et à signer de leur main une longue attestation prouvant qu’ils ne sortaient pas plus d’une heure par jour et pour un bon motif. 

- Qu’ils auraient demandé à leur milice de pourchasser et à leur justice immanente de sanctionner les récalcitrants à l’enfermement ou au non-respect de ces mesures avilissantes.



Imaginons que pendant tout ce temps de confinement, l’économie du pays aurait été paralysée.
- Qu’après avoir interdit des médicaments efficaces, ces gens auraient importé, à très grands frais et à coups de milliards, des centaines de millions de vaccins expérimentaux pour, auraient-ils affirmé, protéger la population. Ceci alors que l’usage ancestral veut qu’on ne vaccine jamais en période d’épidémie.
- 
Qu’ils auraient rendu obligatoire l’injection de ce vaccin expérimental et potentiellement dangereux à toute la population sans distinction, en faisant mine d’en ignorer les effets secondaires néfastes, alors qu’un vaccin n’avait jamais été précédemment mis sur le marché avant une période de test d’au moins dix ans.
-
Que pour contraindre les citoyens à se faire piquer, ils auraient interdit l’accès des non-vaccinés aux moyens de transports, aux restaurants, bistrots et autres lieux accueillant du public. 

- Que pour compléter l’injure au bon sens, ils auraient interdit l’accès des réfractaires à la piquouse à certains emplois, pourtant très utiles voire indispensables. 

-Que ces réfractaires auraient été privés de salaire et d’indemnités ainsi que de tout recours…



Imaginons encore que dans cette même période ces dirigeants auraient bradé et sacrifié, prétendument pour des motifs écologiques, des moyens de fournitures d’énergie lesquels, pendant des décennies, avaient rendu le pays indépendant en matière d’électricité.


- Que pour parachever cette oeuvre de destruction, ils auraient indirectement déclaré la guerre à un pays souverain avec lequel leurs prédécesseurs avaient entretenu des relations cordiales et commerciales essentielles. 

- Qu’ils auraient, à grands frais et à grands dégâts humains et matériels, apporté un soutien sans faille à la poursuite d’une guerre imbécile et meurtrière.



Imaginons encore que cet homme et ces suppôts auraient également décidé de se passer des compléments à la fourniture d’énergie que procurait à leur pays ce soudain ennemi, créant ainsi la plus grave crise énergétique qu’on n’ait jamais connue, avec des conséquences incalculables sur la vie et la santé des citoyens de ce pays.



Imaginons enfin que, bien que fortement minoritaires dans le pays, ils auraient aussi confisqué la démocratie et imposé leurs lois liberticides et destructrices de l’économie en usant d’arguties…


Bref, imaginons que cet homme et ses suppôts auraient concouru en un rien de temps à faire disparaître la richesse et la qualité de la vie qui faisaient le rayonnement international de ce pays, quelles conclusions faudrait-il en tirer?



On ne voit que deux hypothèses:

- que cet homme et ses suppôts n’étaient que de fieffés imbéciles inconscients des dégâts commis?

- Ou bien que cet homme et ses suppôts étaient des malfaisants bien conscients du tort qu’ils faisaient au pays qu’ils prétendaient diriger? 



On vous laisse réfléchir.



Opticon



N.B. Toute ressemblance ou confusion avec des situations vécues ou en train de se vivre ne seraient peut-être pas que fortuite, allez savoir.

En attendant, préparons nous à des jours difficiles.
 Dans la joie et la bonne humeur, à défaut d’indifférence, bien sûr.





Addendum:

On nous signale que dans son imaginaire Opticon n’a pas évoqué une invasion migratoire illégale mais encouragée par l’homme et ses suppôts, invasion qui viendrait bousculer davantage encore la vie et les moeurs de la population du pays et créer de gros désordres partout où elle passe et s’installe.

C’est sans doute le côté bon samaritain d’Opticon qui l’a retenu.



Jean C.

Sur un sujet très voisin lire aussi (lien à recopier):
https://www.bvoltaire.fr/tribune-edf-nous-doit-plus-que-la-lumiere-emmanuel-macron-aussi-2-2/


21 novembre

FRANCO (phonie) DE PORT

Commençons par découvrir ci-dessous un extrait de l'oeuvre qui a valu à son autrice d'être nommée ambassadrice de la francophonie:

Ce soir, je strip dans la chambre sans stressTes yeux rivés sur moi, j'me dandine, trop sexeMe lâche pas du regard ouais, I'm feeling myselfL'une de tes préférés, tu me le dis sans cesseI'm twerking on my daddy, son cœur s'emballeLui et moi, c'est trop la folie, un genre d'Bonnie and Clyde
Oh baby-baby, whine up, whine upOui bouge ton corps, ouais whine up, whine upDe haut en bas, ouais whine up, whine upOh baby-baby, ton corps, ouais c'est d'la folieOuais c'est d'la folie"
Baby, are you down for a rodeoDiamond sur ma cuisse, ça part en rodéoCaméra sur nous, j'veux grimper aux rideaux...

Bon, chacun peut trouver à ce texte des qualités artistiques, les goûts et les couleurs ça ne se discute pas.
Mais au moins tout le monde sera au moins d'accord sur un point
, le texte ci-dessus n'est pas spécifiquement représentatif de la culture, de la littérature ou de la poésie françaises.
Et pourtant c'est bien Yseult, l'autrice de ce texte, qui a été choisie par Macron pour représenter la francophonie.

La culture française s'est longtemps enorgueillie d'offrir aux jeunes générations l'étude de textes qui ont traversé les siècles. On a en a moult exemples, tel cet épique récit écrit au XIIème siècle, réécrit au XIXéme, connu sous le titre de Tristan et Iseut.
En 2022 l'insupportable Macron nous réécrit une version expurgée de la culture française.
Triste Temps et Yseult


Jean Cérien

16 novembre

Ils sont marrants les hôteliers aixois qui s'agitent autour d'un possible rachat du Métropole. Un petit rappel.
Depuis 2001, c'est à dire depuis l'arrivée de D. Dord (dont R. Beretti fut le directeur de cabinet et le premier adjoint avant de lui succéder) on a facilement comptabilisé la fermeture de plus de trente (oui, 30) établissement hôteliers dans la ville. Ceci dans l'indifférence générale et dans celle des hôteliers survivants en particulier.

Au printemps 2013, quand un incendie a ravagé l'hôtel Métropole, on n'a entendu personne déplorer cette perte pour l'activité hôtelière aixoise.
De même, quand, un peu plus tard, le Manoir, sans doute l'un des plus prestigieux hôtels de la région, a fermé ses portes, personne n'a émis le moindre soupir*.
Et voilà qu'en cet automne 2022 les porte-parole de la profession s'émeuvent au motif qu'une société pourrait racheter le Métropole et lui rendre son activité d'antan. Ceci au motif que la société en question a pour actionnaire le Casino et, par conséquent, la mairie d'Aix-les-Bains, actionnaire principal de la société des Jeux. Et revoilà une histoire de Clochemerle: pour ou contre la réouverture du Métropole?
Un établissement qui avait marqué l'histoire d'Aix-les-Bains

Personne ne s'est encore demandé si tout cela n'était pas encore un coup de bluff de la mairie. Personne ne se demande pourquoi, après près de dix ans de silence et d'inaction, la mairie se lancerait dans un tel projet.
Et si derrière ceci se cachait (encore) une opération immobilière? Hein?
Aixois, rappelez-vous: quand Dord avait annoncé faire racheter par la mairie les anciens Thermes il s'était bien gardé de dire que derrière ce rachat se cachait un vaste projet immobilier. Un projet toujours en panne plus de dix ans après le rachat officiel des bâtiments, ceci soit rappelé en passant...
En attendant, voilà de quoi amuser la galerie et laisser penser aux électeurs crédules que nos élus ont des projets d'intérêt public.

Jean Cérien

* Les chambres du Manoir n'ont toujours pas été ré-ouvertes. Néanmoins le propriétaire tient bon. Il propose à sa clientèle des appartements en location à la journée ou à la semaine dans l'immeuble Le Royal voisin. En prime, il permet aux visiteurs de profiter du merveilleux coin balnéaire attaché au Manoir. Ceci dans un décor qui fait rêver. Une visite s'impose.

8 novembre

Devinette: quelle est la différence entre la présidence des USA et celle de la France? Aux USA ils ont un président Biden, en France on a un président Bidon.

J.C.

6 novembre

Quels censuré ces gens du daubé. Mais quels censuré .Toujours empressés à vouloir se ranger dans le camp prétendu du bien, ils viennent, encore, de faire une belle boulette.
Ça, c'était jeudi, la une du dauphiné:

Incident raciste. Oui. Raciste. C'est le daubé qui l'affirmait. Vous, pauvres ignares de lecteurs, vous étiez censés le croire. Un incident RA-CIS-TEUHEUHEU... qu'on vous disait..!
Oui. Un député étiqueté Rassemblement national avait tenu des propos racistes intolérables, provoquant de vives réactions!!! Une véritable onde de choc, affirmait le daubé toujours aussi mesuré dans ses propos
Et patatras, le même jour, examinant le cas de ce député RN, le bureau de l'Assemblée  l'exonérait de tout propos raciste et le punissait... Tenons nous bien... Le punissait pour avoir "créé un trouble" en séance. Un trouble, pas raciste!
Retour de l'onde de choc à l'envoyeur.


Voilà. Tout est dit. C'est cela l'objectivité du daubé. Et c'est pour cela que l'Etat, avec l'argent des contribuables, le subventionne allégrement.
Pauvre France. Et pauvres lecteurs crédules.

Jean Cérien

31 octobre CONS ET SANS LE FAIRE EXPRÈS

On se demandait parfois s'ils étaient cons ou bien s'ils le faisaient exprès mais depuis l'intervention devant l'Assemblée nationale du ministre des Solidarités (défense de rire) du gouvernement de la  Bornée, la question ne semble plus se poser. Re-plaçons nous dans le contexte.

Le dit ministre macroniste venait défendre devant les députés un projet de loi sur les rémunérations des assistantes maternelles. En réponse à cette proposition, un élu de l'opposition venait de déclarer en substance qu'une assistante maternelle ne percevait qu'un salaire équivalent à un tiers de smic par enfant et qu'il lui fallait donc accueillir, parfois depuis pas d'heure et jusqu'à pas d'heure, trois enfants pour atteindre un salaire équivalent à un smic.
Après cette intervention frappée au coin du bon sens, le président de séance demandait aux élus de voter mais le ministre des Solidarités (toujours défense de rire) exigeait de reprendre la parole. Contredisant le député de l'opposition, le dit ministre affirmait alors qu'une assistante maternelle gagnait un smic par enfant accueilli, ce qui, prétendait-il, lui permettait de gagner trois fois un smic (soit 3900 euros) par mois. Si, si, réaffirmait-il devant le tollé sur les bancs de l'opposition. Il fallait que des conseillers dans la salle fassent signe au ministre pour que celui-ci, benoitement, finisse par reconnaître, en souriant comme un débile, qu'il avait sans doute commis une erreur.

Mais où Macron et sa Bornée de première ministre sont-ils allés chercher de pareils ahuris. A chaque fois on croit qu'on a touché le fond et à chaque fois il y a un triste guignol payé à 15.000 euros par mois (plus les avantages) qui vient démontrer que ces gens là peuvent encore nous étonner.
Une chose est sûre, le ministre des Solidarités ce jour là devant les députés ne faisait pas semblant d'être con.

Jean Cérien




REFUS DE SOIN, MAIS OÙ VA-T-ON ?

Cette retraitée aixoise partage désormais sa vie entre sa résidence savoyarde et un pied à terre maritime. A Aix les Bains elle a conservé son médecin référent, lequel médecin ayant pris sa retraite a été remplacé par un jeunot. Ces jours derniers, dans sa résidence littorale, la dame a ressenti comme une gène dans la gorge. Puis la gène s’est accompagnée de douleurs et de difficultés respiratoires. Impossible de trouver un médecin sur place. Son problème de santé ne s’arrangeant pas, la dame a pris rendez-vous avec son médecin référent d’Aix-les-Bains. Et la voilà partie pour plusieurs centaines de kilomètres afin de se faire examiner et soigner.


Au jour dit et à l’heure dite, elle se présente au cabinet du médecin. Elle entre et se retrouve seule dans la salle d’attente. Quelques minutes plus tard le médecin ouvre la porte de son cabinet pour raccompagner un patient. Il jette alors un regard sur la dame qui attend sagement dans son coin et s’adresse ainsi à elle « Madame, mettez votre masque ». La dame répond qu’elle n’en a pas. En effet, dans la ville maritime où elle réside cet automne, les médecins et autres pharmaciens n’ont pas instauré l’obligation du masque, une obligation qui a d’ailleurs été supprimée par un arrêté gouvernemental de juillet dernier. Toutefois, docile, sur les indications du médecin, elle s’en va à l’accueil chercher un masque que la secrétaire lui fait payer, sur le champ. Vingt cents.
La dame retourne alors dans la salle d’attente, vide de tout patient, après avoir enfilé le masque mais en le gardant sur le menton. Le toubib rouvre la porte de son cabinet d’auscultation. La dame se lève et s’apprête à y entrer mais l’autre s’interpose « Madame mettez correctement votre masque ». La dame, qui souffre d’une affection respiratoire et qui sait que le médecin va devoir observer sa gorge, tente de lui expliquer pourquoi elle ne porte pas le masque devant sa bouche. Mais le jeune toubib ne la laisse pas parler et d’un bras lui barre le passage. « Madame, je vous ai dit de mettre votre masque sinon vous sortez ».

Surprise par une telle violence dans les mots et dans les gestes, elle tente encore de s’expliquer mais le jeunot n’en a plus rien à faire: « Ça suffit, maintenant, allez, sortez! » Et il la vire malproprement de son cabinet.


Cette histoire, la dame, complètement bouleversée et en pleurs, l’a racontée au premier auditoire qui s’est présenté à elle au sortir du cabinet médical. En l’occurrence, c’était à l’intérieur d’un établissement bancaire de la ville où j’étais présent. C’est ainsi que j’ai entendu cette confession. Ma principale conclusion fut d’expliquer à la dame que cela représentait à l’évidence un refus de soin et qu’une telle attitude mériterait d’être sanctionnée si elle déposait plainte auprès du Conseil de l’Ordre.


Ceci étant, on vit quand même une époque de folie. Un médecin qui refuse d’ausculter une patiente souffrant de difficultés respiratoires parce qu’elle ne porte pas correctement le masque, je n’aurais jamais imaginé que cela puisse se produire.

Plus que les variants O Micron, je tiens pour responsable de cette situation notre variant O Macron. 
Parce que c’est bien sous sa présidence, sous ses mensonges, sous ses revirements perpétuels et ses changement d’humeur qu’un décret a été pris annulant l’obligation pour chacun de porter le masque mais qui, dans le même texte, autorise certaines graines de dictateurs à l’imposer à qui bon leur semble, quand cela leur semble. Et qui laisse penser à des médecins -dont les études et les revenus sont payés par l’ensemble des contribuables- qu'ils peuvent refuser de soigner une personne qui n’obéit pas à leur diktat. 


Cela fait déjà longtemps que l’on n’est plus vraiment en république mais sous le très variant Macron, le déclin de l’art de vivre en France commence à devenir vertigineux.



23 octobre

Après une interruption de près de deux ans, l'heure nous semble venue de remettre à jour cette chronique Macronique de Jean Cérien.
A bientôt donc...

En attendant, une petite piqûre de rappel ne saurait faire de mal. On trouvera plus bas une partie de ce que l'on écrivait il y a deux ans.
Non, non, rien n'a changé, tout, tout a continué, hey, hey, comme le chantaient les Poppy's voici un demi siècle déjà. Tiens, on a retrouvé les paroles:

C'est l'histoire d'une trêve  Que j'avais demandéeC'est l'histoire d'un soleil Que j'avais espéréC'est l'histoire d'un amour Que je croyais vivantC'est l'histoire d'un beau jour Que moi petit enfantJe voulais très heureux Pour toute la planèteJe voulais, j'espérais Que la paix règne en maîtreEn ce soir de Noël Mais tout a continuéMais tout a continué Mais tout a continué
Non, non, rien n’a changé Tout, tout a continuéNon, non, rien n’a changéTout, tout a continuéHey ! Hey ! Hey ! Hey !

Et pourtant bien des gens Ont chanté avec nousEt pourtant bien des gensSe sont mis à genoux Pour prier, oui pour prier Pour prier, oui pour prier
Mais j'ai vu tous les jours
A la télévisionMême le soir de Noël Des fusils, des canonsJ'ai pleuré, oui j'ai pleuré J'ai pleuré, oui j'ai pleuréQui pourra m'expliquer que ...Non, non, rien n’a changéTout, tout a continué
Non, non, rien n’a changé
Tout, tout a continuéHey ! Hey ! Hey ! Hey !

Moi je pense à l'enfant Entouré de soldatsMoi je pense à l'enfant  Qui demande pourquoiTout le temps, oui tout le temps Tout le temps, oui tout le temps
Moi je pense à tout ça Mais je ne devrais pasToutes ces choses-là Ne me regardent pas                   Et pourtant, oui et pourtantEt pourtant, je chante, je chante
Non, non, rien n’a changéTout, tout a continuéNon, non, rien n’a changéTout, tout a continuéHey ! Hey ! Hey ! Hey !



2  décembre 2020
On n'a sans doute pas fini d'en finir

Avec la fin programmée de ce deuxième confinement (et avant que n'en recommence un troisième?) il est temps de faire le point.
On ne saurait négliger de considérer ce qui se passe depuis des semaines comme étant étroitement lié en premier lieu à la personnalité de l'actuel président de la république.
Si, à l'évidence, rien ne préparait Emmanuel Macron à devenir chef de l'Etat, rien, non plus, ne préparait les Français à avoir comme président un monarque aussi mal entouré. De surcroît, force est aussi de constater que le personnage a joué de malchance. Qu'on en juge.
A peine élu il a eu à se justifier de la présence troublante à ses côtés d'un curieux garde du corps qui allait donner son nom à l'affaire Benala. On a connu situation moins embarrassante pour un jeune président.
Puis, après les cafouillages de sa majorité aveuglée par un succès qui lui était tombé dessus inopinément, il y eut les Gilets Jaunes et la façon pitoyable dont le pouvoir et sa police gérèrent la situation. Pendant des mois, chaque week-end ce fut l'émeute avec son cortège de blessés et ses destructions de biens publics ou privés. Une période insurrectionnelle qu'aucun président de la cinquième République n'avait connue, même en 68.
Ensuite, ce fut l'enchaînement avec ce virus au nom de code. Une affaire purement sanitaire que ce président et sa clique transformèrent d'abord en un fiasco lamentable puis en un drame à la fois sociétal, social, politique et économique.
Certes, avec tous ces évènements imprévus, on arriverait à trouver comme excuse que ce président a eu la poisse. Une vraie poisse.
Ce n'est pas tout à fait faux. Mais la chance n'est-elle pas l'alliée indispensable des grands hommes. Rien de grand ne s'est jamais accompli contre le destin, c'est une lapalissade.
Emmanuel Macron dans son rôle de président attire-t-il la poisse sur la France comme le paratonnerre attire la foudre?
Rien ne laissant vraiment prévoir des jours meilleurs d'ici la fin de ce quinquennat, il va bien falloir se poser la question.
Personnellement...

Jean Cérien



30 novembre

Les députés de la honte

Quel bonheur! Quel réconfort! Quel espoir aussi... Un premier vent de fronde s'est soulevé. Enfin!

En dépit des menaces et des rodomontades ils ont été des dizaines (centaines?) de milliers dans toute la France à se rassembler ce samedi pour protester contre la dernière entourloupe de ce gouvernement avec sa loi de sécurité globale et son article 24.
Trop, c'est trop. Dans les cortèges, où il n'était soudain plus question de distanciation sociale ou de gestes barrières, on a hué à gorge déployée (mais derrière un masque quand même) ces hurluberlus de la macronnerie.
Les caricatures des "388 députés de la honte" (En Marche et consorts) qui ont voté cette loi honnie ont été brandies sur des panneaux portés haut par les manifestants. Parmi ces portraits, celui de la députée de Savoie, l'insignifiante Typhanie Degois, tombeuse en 2017 de l'autre inconsistant Dord.

Ce sera sans doute pour T. Degois l'unique occasion de son mandat de prendre un peu de hauteur. (à noter que l'autre député de Chambéry, Patrick Mignola, sentant le mauvais vent venir, s'était abstenu lors du vote de cette loi liberticide).
Face au tollé que provoque une accumulation de décisions visant à restreindre, voire à supprimer, nos libertés, le gouvernement avait commencé à faire marche arrière en désignant une "commission indépendante du Parlement" pour réécrire l'article le plus litigieux de la loi. Ne reculant devant aucune palinodie, des députés En Marche ont alors protesté de voir ainsi une commission non élue retoquer une loi si facilement adoptée par une majorité de députés élus. Ces innocents ont même osé pleurer, si, si, qu'ils n'étaient pas des paillassons (sic) sur lesquels le gouvernement pouvait s'essuyer les pieds. Rions, rions.
Quand on sait que ce sont les mêmes députés qui depuis bientôt quatre ans votent (les yeux fermés et le nez bouché?) tout ce que le gouvernement leur demande de voter, on se dit que le terme "paillasson" devait être une forme d'euphémisme...

En attendant, encore un grand bravo à tous ceux qui ce samedi sont sortis dans les rues et sur les places (comme à Chambéry) pour enfin mettre le pouvoir macronien face à ses décisions irresponsables et tellement préjudiciables à l'équilibre et l'avenir de notre pays. Est-il prématuré de lancer: ce n'est qu'un début, continuons le combat..!

J. Cérien


Post-scriptum: comme on peut le voir sur les videos mises en ligne sur tweeter, des casseurs ont profité de cette manifestation pacifique pour ficher le bordel, comme d'habitude. Et le gouvernement a ainsi envoyé les policiers au vrai casse-pipe. Cela fera de belles images au 20 heures de Télé-Pouvoir afin de discréditer le mouvement légitime de protestation et de faire peur aux "braves gens". La tactique a fait ses preuves, c'est une vieille recette des pouvoirs.
Mais qui c'est qui a commencé, hein, à mettre le désordre? Les manifestants ou le gouvernement..?


JC


27 novembre

Quand te reverrai-je, pays merveilleux...
Oui, quand le reverrons nous? Quand vont-ils nous rendre la France que nous avons tous aimée et qui est en train de disparaître sous un monceau d'âneries prétentieuses.

Parce que là, on a atteint... des sommets.
C'est la dernière Castexerie qui court. Les stations de ski seront ouvertes à Noël, a annoncé le premier ministre mais... Mais on ne pourra pas faire de ski. 
C'est nouveau, ça vient de sortir. Le ski sans ski.
Dans la même lignée, ce redoutable faiseur d'oxymores va bientôt nous annoncer que les piscines vont être ré-ouvertes... Mais attention, sans eau. Faudra juste faire plus gaffe quand on sera sur le plongeoir.

On s'attend ensuite à ce que le Castex que le monde entier nous envie (mais que personne ne viendra nous arracher) nous fasse d'autres révélations aussi surprenantes. Comme l'arrivée d'un garde des sots à la justice? Ou que le ministre de la police prétend dénoncer les bavures policières tout en s'opposant à ce qu'elles soient filmées et révélées.
Ou encore que désormais nous aurons un Parlement croupion, sans parlementaires, et un gouvernement sans le moindre sens du ridicule?
Ah, non? Comment? Ça c'est déjà fait? On se disait aussi...
Avant l'arrivée au pouvoir de l'actuelle bande présidentielle la France était coupée en deux. Depuis les interventions de Jean Castex et de ses disciples, elle est pliée en quatre.
Maigre consolation.

Jean Cérien




25 Novembre

Le nouveau syndrome de Stockholm a frappé

29,1 millions de téléspectateurs ont écouté E. Macron lors de son intervention télévisée du 24 novembre leur annoncer qu'il allait bientôt les libérer... Du moins si ils continuaient à bien se tenir.


Voilà qui fait penser au syndrome de Stockholm.
Tout comme les virus, les syndromes peuvent aussi muter.

J.C.



23 novembre
A défaut d'être solaire, une présidence un peu Solère

En plein confinement  (qui ne va pas s'arrêter là) la bonne presse nous apprend (sans sourciller) que le député Thierry Solère, ex-chiraquien, ex-sarkoziste, ex-filloniste, ex-jupéiste et (futur ex?) macroniste, vient d'être appelé à l'Elysée par le président de la république pour conseiller ce dernier dans ces moments difficiles où le pays court à vau-l'eau, moralement et financièrement.

Que voilà une bonne nouvelle qui devrait réjouir tous ceux que la politique actuelle mène au bord du gouffre!

Est-il utile de rappeler que Solère est vraiment l'homme de la situation puisque, comme le soulignaient quelques titres de la presse voici juste quelques mois:

...Eh, oui! Le député Solère a été mis en examen pour fraude fiscale, détournement de fonds publics par dépositaire de l'autorité publique et trafic d'influence, des faits présumés commis entre 2003 et 2017. Rien de moins que tout cela!

Et après on s'étonnerait de constater que la Çolère monte dans le pays?

Que conclure de ce choix? Qu'il n'y a plus de gens réputés honnêtes pour se mouiller avec la présidence actuelle et qu'à l'Elysée on fait "les fonds de tiroirs"?
Ou quelle autre version encore plus incongrue?

J. Cérien

* Le professeur Jean Cérien est diplômé de la faculté des Sciences étranges, docteur honoris causa de la faculté de Se Taire (Wisconsin) ou encore membre éminent de la faculté Lipton Earl Grey. Il lui est parfois reproché de n'avoir fréquenté ni la faculté de médecine, ni celle de théologie pas plus que celle des Sciences Humaines. De là à prétendre que le professeur Jean Cérien n'aurait pas toutes ses facultés, cela reste à démontrer. Et en tout cas pas moins de facultés que ceux qui ont pignon sur écrans de télé.




22 novembre

Déclinaison n'est pas raison

J'ai connu (pas personnellement j'en conviens) tous les présidents de la cinquième république. Quand je les énumère de façon chronologique, je comprends le sens du verbe décliner.
Charles de Gaulle a combattu sur le front pendant la guerre 14-18 et a été fait prisonnier. Dans la guerre contre l'Allemagne nazie, il reste l'homme du 18 juin 1940. Celui qui permit à la France de se ranger parmi les vainqueurs en 1945. Il est aussi celui qui mit fin à la guerre d'Algérie.
Georges Pompidou a participé comme officier aux combats contre l'Allemagne nazie en 1940. Il sera plus tard décoré de la Croix de Guerre.
Valérie Giscard d'Estaing a participé, comme engagé volontaire, aux combats pour la libération de la France au printemps 1945. Il recevra lui aussi la Croix de Guerre.
François Mitterrand était officier au début de la guerre 39-45. Il fut fait prisonnier. Par la suite, après avoir reçu la Francisque, il entrera en résistance sous le pseudonyme de Morland.
Jacques Chirac, alors qu'il aurait pu y échapper, s'est volontairement engagé dans l'armée lors de la guerre en Algérie. Il a pu en mesurer les atrocités. Est-ce pour cette raison qu'en 2003 il s'opposa à la guerre en Irak?
Nicolas Sarkozy, à défaut d'avoir fait un vrai service militaire (il passait la cireuse à l'intendance) a été à l'origine du déclenchement de la guerre en Libye.
François Hollande, après avoir été réformé pour myopie, a fini par se faire accepter dans l'armée et obtenir le grade de lieutenant sans jamais avoir porté les armes. En 2015, après le Bataclan, il a réuni une vingtaine de chefs d'Etat autour de lui pour mener la guerre contre le terrorisme.
Emmanuel Macron n'a pas accompli de service militaire. En mars 2020 il a déclaré "Nous sommes en guerre". Il a désigné l'ennemi: un virus! Et il a enrôlé Jean Castex comme ministre désarmé.
La France de Macron est aujourd'hui le seul pays à exiger de ses citoyens une attestation de déplacement. Aucun chef d'Etat français avant lui n'avait jamais osé pareille restriction de liberté.

Décliner: 1) tendre vers sa fin. 2) s'affaiblir. (les dictionnaires).
Exemple: De Gaulle puis Pompidou puis Giscard puis Mitterrand puis Chirac puis Sarkozy puis Hollande et enfin Macron...
Fermez le ban.

J. Cérien


Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter