Tours de passe-passe et Grand-Guignol

Peut-on régler les problèmes avec ceux qui les ont créés?


Cette fois-ci ça tourne vraiment à la mascarade. Une pleine page ce dimanche dans l'inénarrable daubé. En titre, une déclaration de D. Dord qui dit préférer son projet à une friche en ville. En dessous, un énième croquis, qu'on imagine griffonné à la hâte, sur un coin de table, par un dessinateur qui n'en peut plus d'essayer de satisfaire le Petit Prince* qui nous gouverne et qui essaie de nous enDordmir. Et, pour suivre, une vraie fausse interview qui laisse penser que la publiciste s'est contentée d'intercaler ses questions dans le long monologue que la mairie lui a demandé de publier. Un propos abscons à la lecture duquel on se demande comment le député-maire peut-il encore espérer défendre son projet de réhabilitation des Anciens Thermes auquel personne n'adhère...


Un plan dessiné sur un coin de table, annoté à la main,juste pour faire plaisir?

Pas plus que précédemment, le maire n'apparaît convaincant dans cette pseudo interview quand il réaffirme que la société Bouygues apporterait, à la place de la Ville, les  "40 à 50 millions d'euros nécessaires pour rénover ce patrimoine historique de la ville" sans autre contre-partie de la Ville qu'un droit à construire. Une illusion que même les plus naïfs refusent de voir.

On ne règle pas les problèmes avec ceux qui les ont créés.

Dans tout le galimatias que le maire nous ressort, il manque au moins une question: si il existe en centre ville une "friche thermale", qui en porte la responsabilité?
Il faudrait vraiment que les Aixois manquent de mémoire (ou de documentations pour les plus récents) pour ne pas se la poser. En effet, quand Dord a pris la mairie en 2001, les "Anciens Thermes" n'étaient pas en friche. Bon an mal an, en complément avec ceux de Chevalley, ils accueillaient encore quelques dizaines de milliers de curistes. Et, que l'on se souvienne, à aucun moment pendant la campagne électorale 2001, Dord n'avait annoncé qu'ils allaient être définitivement désaffectés.
Mieux même, entre 2002 et 2005, le nouveau maire y a fait programmer pour plus de 4 millions d'euros de travaux. Ce n'est qu'après avoir pris les commandes de l'EPIC (prédécesseur de la SA) des Thermes et en constatant qu'il échouait lamentablement à redresser la courbe descendante de la fréquentation des curistes, que Dord annonçait la fin de la vocation thermale des Anciens Thermes. C'est lui, et lui seul, qui a pris cette responsabilité.

Tout comme c'est lui, et lui seul, qui, à partir de 2006, a commencé à "réfléchir" (sic) à l'avenir de ces bâtiments,  en décidant d'en affecter une partie (la plus belle) à l'Ecole Peyrefitte, une autre à un accueil hospitalier de jour, une autre à l'office de tourisme ou encore une autre à des services municipaux. En prévision d'une Ville d'Avance (oui, oui, il avait osé), il avait même promis, à la veille de 2008, d'y installer "prioritairement" la bibliothèque municipale, les archives ainsi que le dojo départemental le plus beau de France, c'est dire...

(source: document électoral reproduit par aix-hebdo)

Bref, une évidence s'impose: la friche, donc le problème, c'est bien lui qui l'a imposée ! Et comme le dit la sagesse populaire, on ne règle pas les problèmes avec ceux qui les ont créés.

Dix ans de réflexion pour un projet qui interpelle

Sa réflexion s'était encore poursuivie puisque, d'avril 2008 jusqu'au début 2010, le maire avait financé (à hauteur de 70.000 euros par an) l'ancien directeur de l'office de tourisme afin qu'il réfléchisse à l'avenir de ces bâtiments. Nul ne sait ce qu'est devenu le rapport que ce dernier était censé avoir remis à son mécène. Et çà, c'était bien avant les interventions de Vinci puis de Bouygues.
Il en ressort que, de 2006 à 2016, cela fait déjà dix ans de pseudo réflexion et non pas seulement quatre ans comme le député-maire, avec un certain succès reconnaissons-le, tente d'en persuader ses interlocuteurs. Mais le temps passe si vite à écouter ses si belles fables...

En dehors de ces péripéties picaresques, on ne parvient toujours pas à trouver la moindre cohérence dans le projet soutenu par Dord. Ainsi que l'a également souligné un commerçant de la Ville, son projet consisterait à dépenser énormément d'argent pour conserver un bâtiment qui va être privatisé et qui aura définitivement perdu sa vocation initiale. On n'en voit pas bien le but. Qui plus est, à l'exception de quelques éléments des Thermes du bas (Pétriaux), la plus grande partie des bâtiments ne présente qu'un intérêt architectural secondaire et aucun intérêt historique. Pourquoi, dans ces conditions, vouloir à tout prix les réhabiliter? L'insistance de Dord à suivre cette voie paraît de plus en plus sujette à interrogations. Surtout quand on se souvient que le même avait estimé, en 2010, que les
Thermes Chevalley et tout leur patrimoine ne valaient pas plus d'un euro..!

Clémenceau, au secours!

Pour tenter de convaincre les Aixois, Dord semble désormais prêt à claironner les pires conneries (c'est trivial, mais on ne voit pas d'expression plus imagée). Ainsi, dans la pseudo interview du daubé, afin de calmer le mécontentement des commerçants face à son projet, il se déclare prêt à créer un parking souterrain de 200 places sur deux niveaux... sous la Place Clémenceau.

Au fou! Non, mais, il imagine le chantier? La place Clémenceau et ses abords interdits aux voitures et aux piétons pendant de longs mois ou pendant des années en cas de surprise? C'est tout ce qu'il a trouvé? Décidément, le député-maire L.R. (de rien) doit être sacrément aux abois, avec ses Anciens Thermes et ses multiples promesses, pour sortir de telles stupidités.

Alors, à propos de parking, de dossier présumés bétonnés et d'argent public, on reviendra sur une autre étrange histoire que les Aixois pourraient aussi avoir oubliée. (à suivre)


*Dessine-moi un mouton: Le Petit Prince, dans le roman éponyme de Saint-Exupéry, demande au narrateur de lui dessiner un mouton mais il n'est jamais satisfait du résultat. Alors le narrateur finit par dessiner une caisse en affirmant que le mouton est à l'intérieur. A voir le croquis repris par le daubé, on a l'impression qu'un architecte a fait à peu près la même chose pour satisfaire le Petit Prince qui nous gouverne.

Toujours sur le même sujet des Anciens Thermes, on trouvera, grâce au lien en bas de page, le pdf du document distribué par les élus de la liste "Unis et Citoyens"

Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter
anciens-thermesdordbouyguesdaubédauphinédojo-départemental
lettre des conseillers municipaux Unis et Citoyens, Maucci:Fié.pdf